+41 79 509 25 54 info@nutrigeneve.ch

 

Qui donc ne s’est jamais plaint d’une mémoire qui flanche ?

Les troubles de la mémoire et de la concentration peuvent survenir à tout âge : difficultés d’apprentissage chez les jeunes, trous de mémoire durant les périodes de fatigue ou de stress chez les adultes, baisse de concentration après les repas ou réduction des performances intellectuelles chez les gens d’un âge avancé.

De plus, bon nombre de personnes ne fournissent pas le travail intellectuel minimum permettant de limiter la perte de mémoire. En restant assis de longues heures devant la télévision, l’individu est passif et ne sollicite plus ses neurones, tout comme lorsqu’il n’entretient pas une vie sociale enrichissante.

 

Certes, le manque d’exercice intellectuel n’est pas le seul responsable de la perte de mémoire.

La nutrition peut jouer un rôle significatif dans le maintien et même dans l’amélioration de ces fonctions.

Plus de 40 nutriments interviennent dans le fonctionnement du cerveau. À cet égard, il est aussi important de s’assurer un apport adéquat en macronutriments (protéines, glucides et lipides) qu’en micronutriments (vitamines et minéraux).

 

Avantages de la diète méditerranéenne

La diète méditerranéenne peut aider à lutter contre la perte de mémoire. Elle a déjà fait son chemin et on est capable aujourd’hui de quantifier ses bons résultats sur la santé en général.

Ce type d’alimentation est un excellent moyen de lutter contre les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’obésité, bon nombre de cancers, l’hypercholestérolémie (entre autres). Elle a également fait ses preuves dans le domaine de la mémoire.

Cette diète méditerranéenne permettrait de retarder le déclin cognitif chez les personnes âgées et pourrait protéger les personnes qui ont des troubles cognitifs légers contre la maladie d’Alzheimer.

 

Des études menées avec des animaux de laboratoire ont démontré que la consommation de légumes, de fruits (riches en antioxydants présents par exemple en grande quantité dans les bleuets) pouvaient aider à freiner la perte de mémoire et donc protéger nos facultés cérébrales.

Il faut savoir que notre cerveau est composé en majeure partie de gras. La myéline comprend 70 % de lipides. Cette gaine entoure les cellules nerveuses que sont les neurones, entre autres pour les protéger et favoriser la création de nouvelles connexions (synapses) entre eux.

Voilà pourquoi on associe les bons gras à un cerveau en santé. En effet, de plus en plus d’études établissent un lien entre une grande consommation de gras végétaux (huile d’olive, huile de colza,  graines de lin ou des noix…) et d’oméga-3 marins (poissons, algues…), et une réduction du déclin cognitif chez les personnes âgées.

A l’inverse, une diète trop riche en gras saturés  – en majorité de source animale (viande, charcuteries)– peut provoquer une dégénérescence des neurones et réduire les performances intellectuelles.

Ce régime est un tout. Il combine modération alimentaire et grande variété d’aliments (et donc de nutriments) à une vie active au quotidien.

Voici les principes de base du régime méditerranéen : 

  • Abondance de produits céréaliers complets.
  • Abondance de fruits et de légumes.
  • Abondance d’ail, d’oignon, d’épices et d’aromates.
  • Utilisation de l’huile d’olivecomme corps gras.
  • Consommation quotidienne de légumineuses, de noix et de graines.
  • Consommation quotidienne deyogourt et de fromage.
  • Consommation quotidienne, mais modérée, devin
  • Grande consommation de poisson (plusieurs fois par semaine).
  • Consommation limitée depoulet et d’œufs (quelques fois par semaine).
  • Consommation limitée d’aliments sucrés (quelques fois par semaine).
  • Consommation très limitée de viande rouge (quelques fois par mois).